Comment progresser vers un élevage de porcs pérenne ?

14 janvier 2021Leestijd: 4 minuten

Nous avons déjà abordé le sujet il y a deux semaines : dans 15 ans, la mise bas en liberté sera obligatoire en Allemagne et les truies devront disposer d’une surface minimale de 6,5 m² dans la case de mise bas. Une augmentation de 45 % et une conversion importante pour de nombreux élevages de porcs. Ce mois-ci, nous nous rendons chez Hendrik et Johannes Schumacher à Vechta, en Allemagne, pour répondre à la question : Comment s’y prendre pour effectuer cette transition avec 15 employés et 3000 truies ?

Dans ce blog de « Nous produisons des porcs d’exception », nous vous en disons plus sur la manière dont ces entrepreneurs intelligents font face à ce défi en Allemagne.

schumacher1.jpg

La priorité : Comment réduire les risques pour les porcelets ?
Schumacher : L’un des défis que pose le passage à la mise bas en liberté dans 12 à 15 ans est que les porcelets ont plus de risques d’être écrasés et de mourir plus tôt si la truie est en liberté. Par ailleurs, si nous hébergeons 30 % de truies en moins, parce qu’elles ont besoin de plus d’espace dans la case de mise bas conformément à la loi, cela signifie que nous devons réduire l’élevage de porcelets. Et moins de porcelets signifie moins de revenus. C’est pourquoi nous nous attelons désormais à nous informer sur les techniques visant à réduire les risques pour les porcelets, afin de préserver davantage de porcelets en bonne santé après le sevrage. Il est de mon devoir d’adapter mon élevage pour que nous soyons prêts pour la législation à venir »  

schumacher2.jpg

S’inspirer des autres
Les deux frères ont déjà visité plusieurs élevages de porcs et entreprises aux Pays- Bas, en Allemagne et en Suède pour déterminer quelle case de mise bas conviendrait le mieux à leurs activités commerciales. Schumacher : « Nous avons découvert qu’il est possible de réduire considérablement le risque d’écrasement si vous confinez la truie pendant les 5 premiers jours de la mise bas en liberté. Un de mes amis a testé cette technique et a réussi à réduire la mortalité des porcelets de 15 % à moins de 10 % ».


Une solution pour la truie, le porcelet et l’employé
Gérant d’une ferme de 3000 truies, Schumacher est constamment à la recherche de moyens pour réduire les risques dans cette transition. « Selon moi, une case de mise bas avec un système d’élévation, où l’on peut mettre la truie en sécurité pendant les cinq premiers jours, est le meilleur moyen de réduire la mortalité par écrasement. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à Vereijken. Le sol monte automatiquement lorsque la truie est debout, et descend automatiquement lorsqu’elle est couchée, afin que les porcelets aient à nouveau accès aux mamelles »


Schumacher considère qu’il est primordial de créer un environnement de travail sûr et agréable pour ses employés pour les dix prochaines années. « Quand les porcelets naissent, vous en prenez soin tous les jours. Si vous remarquez soudainement qu’un porcelet a été écrasé, cela ne vous laisse pas de marbre. Vous vous demandez : est-ce que j’ai correctement fait mon travail ? C’est pourquoi nous souhaitons que la mise bas en liberté profite aux porcelets, aux truies et à nos employés. La première étape consiste à vérifier si le plancher élévateur réduit réellement la mortalité des porcelets par écrasement ».

schumacher3.jpg

Une transition par étapes
Schumacher : « Nous avons spécifiquement choisi Vereijken parce que nous pouvons réutiliser 80 % des caillebotis dans votre futur plan d’aménagement. Nous avons encore des prêts en cours pour la rénovation de la case de mise bas en 2012, il est donc important pour nous d’opter pour une transition intelligente. Le sol Vari Plus de Vereijken a fait ses preuves depuis 15 ans. Nous examinons les avantages de ce sol pour notre entreprise en le combinant à la méthode conventionnelle d’élevage des porcs. Ensuite, nous changeons une pièce en enclos de mise bas en liberté avec un plancher élévateur. Puis seulement nous l’appliquons à grande échelle. Comme les produits de Vereijken sont modulaires, nous pouvons tester ce qui nous convient et passer à l’étape suivante lorsque notre entreprise est prête ».

schumacher4.jpg

schumacher5.jpg

Une profession merveilleuse remplie de défis
Maintenant que le Vari Plus a été installé, Schumacher se rapproche un peu plus de la mise bas en liberté. Schumacher : « Ce n’est pas un travail de bureau, où l’on part tous les vendredis pour profiter du week-end. Nos 3000 truies et porcelets demandent des soins au quotidien. Et nous devons fournir ces soins avec l’aide de nos 15 employés qui ont tous des personnalités différentes. Il faut tenir compte des finances. Les systèmes techniques doivent fonctionner afin de fournir des soins. Tous ces éléments, combinés à ma passion pour les porcs, font de l’élevage de porcs l’un des domaines les plus difficiles, mais aussi les plus beaux. Lorsque vous préparez une entreprise pour les générations à venir, chaque jour est différent ».

Hendrik Schumacher utilise le plancher élévateur Vari Plus avec les caillebotis Pro Step. Souhaitez-vous savoir comment passer progressivement à des cases de mise bas en liberté dans votre situation ? Contactez un conseiller régional et demandez notre offre « Test and Trace ».

 

Nos distributeurs
Recevez nos derniers articles de blog et nos expositions

Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé de tous les développements

Dutch Pork Expo

Le 12 et 13 octobre, nous sommes de retour à la Dutch Pork Expo! Nous y présentons fièrement les passeports numériques pour la traçabilité de l'exploitation porcine à l'assiette, le système de séparation du lisier TRAC, notre système de maternité en liberté Pro Dromi Liberté et la Nanny lauréate. Vous souhaitez découvrir nos dernières innovations?

Nous serons heureux de vous rencontrer à Den Bosch, aux Pays-Bas!

 

Design your own Pigfloor!

Design your own Pigfloor!
Design your own floor in 3 simple steps
Design your own Pigfloor!